Un marché élargi et varié dès le mercredi 7 octobre au cœur du village... Soyez au rendez-vous !

Face à deux marchés en forte perte de vitesse (installés jusqu’alors le samedi sur la Place Roger Salengro et le mercredi sur la Place de Verdun), la Municipalité a décidé d’agir pour le relancer avec des nouveautés, par la voix de Patrick Sans, Adjoint au Maire en charge du développement économique local. Les objectifs principaux étant de répondre à une attente de la population en termes de services de proximité et de réinsuffler de la vie au sein du village.

Le choix d’un nouveau jour et la multiplication des stands
Patrick Sans a ainsi mené un travail de longue haleine, en collaboration avec Marie-Cécile Paque, Conseillère Municipale. Dès le mois de juillet, ils ont prospecté sur les marchés des environs et jusqu’à la frontière belge pour prendre des contacts et sonder les commerçants ambulants sur leurs disponibilités.
Une quarantaine d’entr’eux s’est  prononcée et la matinée du mercredi est largement ressortie.

Bien que le choix fut difficile à trancher, plus de la moitié ont été sélectionnés pour la variété de leurs stands « mais la porte n’est pas fermée pour les autres marchands : si un emplacement se libère, il pourra leur être proposé. Par ailleurs, la rotation de certains camelots est envisageable une semaine sur deux » explique l’élu qui ajoute encore : « le choix de l’emplacement du marché est stratégique mais non dénué de charme. Il sera réparti sur trois parkings contigus, à l’arrière de la Mairie, avec un espace vert central ».

Un accès facile
Cela implique nécessairement la fermeture des dits parkings (église et salle des fêtes/salle des sports) mais le stationnement reste possible à proximité, sur la Place Roger Salengro mais aussi sur les parkings jouxtant les écoles, rue Jules Guesde. L’accès reste simple et sécurisé par la voie de la ruelle Adolphe Bernard qui débouche directement sur le marché, à quelques centaines de mètres à pied.

Il est attendu que les habitants jouent le jeu en déplaçant leur véhicule, la veille du marché : « nous espérons ne pas découvrir de voitures-ventouses le jour J, tant pour des raisons de logistique que de sécurité ».

Diversité, produits locaux et convivialité en ligne de mire
La volonté des porteurs de projet est de proposer, autant que possible, une véritable diversification dans les stands issus exclusivement de la région (Valenciennois, Amandinois, Avesnois)... Et d’offrir le plaisir de déambuler sur un authentique marché, coloré et aux odeurs alléchantes !

Parmi les étals, sont attendus : fruits et légumes, plants et fleurs à repiquer, livres et magazines, articles de saison, sacs et chaussures, produits locaux (miel, charcuterie, etc.) et spécialités régionales, textile (femmes, hommes, enfants, seniors), confection et rideaux, bijoux et cosmétiques, tapis et toiles cirées, confiserie, rôtisserie, charcuterie chevaline, jouets, bazar à 1 € voire un food-truck proposant de la cuisine traditionnelle.

Cependant, pour Patrick Sans, « le marché est ouvert à tous et en priorité aux commerçants hérinois qui le souhaiteraient. Ils sont les bienvenus ». A bon entendeur !

L’espoir d’un marché vivant et pérenne pour contrer la morosité ambiante
Tout est mis en œuvre pour que ce marché soit un succès : l’adhésion des hérinois - et des valenciennois en général, pourquoi pas ! - est espérée, ce malgré la saison hivernale qui s’annonce.
« Nous traversons tous une période difficile avec la Covid-19. Pour autant, le lien social est un moteur qu’il faut réussir à conserver en le conciliant avec un maximum de sécurité. Aussi, l’hygiène des mains sera incontournable (avec la mise à disposition de gel hydro alcoolique) et le port du masque obligatoire. La possibilité de faire ses courses en extérieur peut également rassurer les clients ».

La concrétisation de ce projet a été soutenue par la quasi-totalité des élu.e.s lors de la réunion de Conseil Municipal du 24 septembre 2020. Elle est fondée sur les volontés d’améliorer la qualité de vie des habitants et de développer le tissu économique local, énoncées dans le programme électoral de l’actuelle majorité.

Des photos seront disponibles à la demande après l’inauguration du mercredi 7 octobre 2020.


Infos pratiques

•    LANCEMENT : le mercredi 7 octobre 2020 dès 8h30

•    FREQUENCE : hebdomadaire, chaque mercredi de 8h30 à 12h30

•    LIEU : sur les parkings de l’église, de la salle des fêtes et de la salle des sports (rue Jean Jaurès, derrière La Poste)

•    STATIONNEMENT INTERDIT sur ces parkings, de 6h à 14h (arrêté municipal consultable sur le site web officiel de la Commune : www.ville-herin.fr)

•    CONSEILS DE STATIONNEMENT :
-    Place Roger Salengro
-    Parking des écoles, rue Jules Guesde (rejoindre le marché à pied par le biais de l’impasse Adolphe Bernard)

•    PRECAUTIONS SANITAIRES LIEES A LA COVID-19 : désinfection des mains obligatoire aux trois points d’accès. Port du masque obligatoire. Présence de l’A.S.V.P sur le site.


Contact

Adjoint au Maire en charge du Développement Economique, Associatif et Sportif Local, de l’Emploi et de la Formation
Patrick SANS - Tél pour prise de rendez-vous : 03.27.20.06.06 - Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Photos

Un album-photos du lancement du 7 octobre est consultable en suivant ce lien : https://www.flickr.com/photos/herin2019/albums

Des pas pressés, une cohorte de cartables colorés, des écoliers sur leur 31, des rires mais aussi quelques pleurs consolés... On décelait tous les indices d’une rentrée scolaire ordinaire, ce mardi 1er septembre. A un détail près : les visages masqués des adultes aux abords des écoles. Une consigne ordonnée par l’arrêté préfectoral du 21 août, globalement bien respectée...

Voilà pour le décor.
En coulisses, les semaines et les jours précédents, ce fut une autre histoire ! Au cœur des préoccupations, l’application du protocole gouvernemental obligeant à poursuivre la lutte contre la propagation de ce maudit coronavirus. Une organisation minutieuse a donc été menée dans chaque établissement scolaire, en partenariat avec Malika Gosselin du service municipal de la jeunesse et l’attention particulière du Maire et des élues en charge de cette délégation, Claudine Zoccali et Murielle Scherer.

Des règles communes

Hormis quelques particularités propres à chaque école - développées ci-après -  un socle commun est observé :

- Port du masque non obligatoire mais désinfection des mains au gel hydro-alcoolique nécessaire au sein de chaque classe ;

- Déroulement des récréations de façon à ce que les classes ne se mélangent pas : la cour est zonée : une zone = une classe ;

- L’accueil périscolaire, encadré par sept animateurs et des ATSEM, se tient dans chaque établissement dès 7h30 le matin et jusqu’à 18h, le soir. On dénombre 65 inscrits en primaire et 27 en maternelle ;

- La cantine est réservée aux enfants dont les deux parents travaillent. A ce jour, on compte 41 élèves de maternelle et 92 de primaire inscrits. Le restaurant scolaire a été agencé de façon à ce que les classes ne se mélangent pas : une table = une classe. Deux services sont mis en place dans l’optique d’assouplir le quotidien de chacun et de minimiser les échanges et les risques liés : le premier a lieu à 11h50, le suivant à 12h40 (durée : 45 minutes).
1er service : école G. Péri dans la 1ère salle ; école H. Barbusse dans une partie de la 2ème salle,
2ème service : les petits de l’école L. Michel sont servis dans l’autre partie de la 2ème salle.
Au total, seize adultes supervisent le bon déroulement des repas ;

- Question nettoyage, toutes les conditions sont réunies afin de respecter les consignes dictées par le protocole gouvernemental du 26 août, notamment : désinfection des locaux au minimum une fois par jour ; ventilation des locaux dès le matin ; désinfection supplémentaire des WC le midi, lors de la pause méridienne. Les sanitaires sont d’ailleurs répartis par classe.
L’accent a été mis sur le personnel puisque huit agents sont dévoués au nettoyage.

- Le point délicat concerne encore les activités sportives. Christophe Lebrun, opérateur sportif municipal, reste en veille : il doit pouvoir proposer un sport évitant le brassage et la manipulation de matériel, autant que possible. Il a son idée pour faire bouger les enfants en les amenant à mieux connaître la ville : la surprise sera bientôt dévoilée !

Les particularités de l’école élémentaire Henri Barbusse – Louise Michel

L’équipe enseignante dirigée par Karen Lécluse est partiellement renouvelée : arrivée de Mmes Lerouge en CP, Savary-Leblanc en CP-CE1, Lambour en CE1-CE2, Pit en CE2, Dardinier en CM2 et Sabiaux, en stage de professionnalisation.
Elle a accueilli les quelque 250 élèves dans des classes composées exclusivement de tables individuelles (le mobilier de la classe de Mme Berrier ayant été complétement renouvelé cette année).
Les horaires sont inchangés : 8h30-11h45 / 13h30-16h15 sur quatre jours.

Les particularités de l’école maternelle Gabriel Péri
La directrice, Bénédicte Lespagnol, a pris le parti d’échelonner l’entrée des différentes classes tout au long de l’année afin de sécuriser au maximum les 69 jeunes élèves :
-    8h15-11h30 / 13h15-16h
-    8h20-11h35 / 13h20-16h05
-    8h25-11h45 / 13h25-16h10

 Les particularités de l’école maternelle Frédéric Joliot-Curie
La rentrée scolaire des 78 écoliers s’échelonne sur trois jours, sur proposition de Philippe Tison, Directeur d’établissement. Avec ses collègues, ils accueillent les petits en décalé les mardi 1er, jeudi 3 et vendredi 4 septembre. Les horaires classiques reprendront dès le lundi 7 septembre pour tous (9h-12h / 13h45-16h45).
Sur proposition de la coordinatrice jeunesse municipale et en accord avec l’équipe pédagogique, les seize demi-pensionnaires déjeuneront au sein de l’école. Pour se faire, une pièce a spécialement été aménagée avec des tables octogonales, les repas étant acheminés par trois agents municipaux, chaque jour. Cette procédure évitera d’autres croisements au sein du restaurant scolaire et le recours au bus, facteur de risque supplémentaire.

L’ensemble de ces mesures devraient permettre aux écoliers hérinois de passer une année scolaire la plus sereine possible. Malheureusement, la lutte contre la COVID-19 impactera probablement la programmation des projets de classe ou sorties, soit en les adaptant aux conditions sanitaires soit en les annulant, si nécessaire.
Enfin, souvenez-vous que l’arrêté préfectoral en vigueur oblige au port du masque dans un périmètre de 50 mètres autour des entrées et sorties des écoles, collèges et lycées, 15 minutes avant et après l'ouverture et la fermeture de ces établissements. Les règles de distanciation sociale restent bien entendu de rigueur...

 

elus (Copier) orga cantine (Copier) nouveau mobilier classe a prendre2 (Copier) CANTINE FJC (Copier)

Les élus et la coordinatrice jeunesse se sont rendus

dans les écoles, le jour de la rentrée scolaire

Le restaurant scolaire a été ré-organisé de façon

à limiter les interactions entre les classes

C'est la classe de Mme Berrier qui a bénéficié

d'un nouveau mobilier, cette année

Une salle de déjeuner a été aménagée au sein de l'école

F. Joliot-Curie afin de minimiser les déplacements des petits

Au terme d’une profonde réfection qui a entraîné sa fermeture durant un an, l’église Saint-Amand d’Hérin vient d’être inaugurée et est de nouveau ouverte au public.

La ville et la communauté chrétienne bénéficient aujourd’hui d’une église moderne, lumineuse, vibrante et confortable. Une deuxième vie pour ce bâtiment édifié en 1777 et dont l’état s’était sensiblement détérioré au fil des ans.

La date du 19 octobre avait été fixée de façon à ce que Mgr Vincent Dollmann, archevêque de Cambrai, puisse venir bénir l’autel lors de l’inauguration officielle. Un évènement prévu dans une certaine intimité, juste avant la toute première messe de 18h15.

Parmi les invités de marque présents, on comptait MM. les Abbés Bruno Callebaut, Pascal Romefort et Pierre Defaux, M. le Député Sébastien Chenu et Mme la Conseillère Départementale, Isabelle Choain.
A leurs côtés, les membres du Conseil Municipal, Mme Sonnette de l’agence « Nathalie T ‘Kint » - maître d’œuvre et architecte du patrimoine -, et quelques chefs d’entreprise. Sans oublier les nombreux bénévoles dévoués à la Paroisse (cinq clochers) ayant suivi le chantier dans son entièreté, ainsi que des fidèles et des président(e)s d’association.
Bien qu’assez courte et sobre, cette cérémonie d’ouverture était particulièrement émouvante.
Etait-ce d’entendre le tintement des cloches qui avait tant manqué ? Le rayonnement délicat et coloré des vitraux  sur les murs ? Ou encore la présence bienveillante de l’Archevêque, très attendu ? Tout a probablement participé à emplir l’atmosphère de joie et de ferveur !

Au message religieux empreint de paix, de tolérance et d’espérance s’est ajouté celui de Jean-Paul Comyn, plein de gratitude. Une reconnaissance à la fois dirigée vers l’ensemble des protecteurs de notre église, vers les services de l’Etat et des partenaires publics - porteurs de ces travaux d’envergure - mais également vers les entreprises et artisans de qualité ayant exécuté le chantier « avec passion et détermination ».
A ce propos, il eut une pensée chaleureuse pour Luc-Benoît Brouard, maître-verrier ronchinois de renom, dont le mécénat a permis d’orner la façade d’un vitrail chargé d’un puissant jaune d’argent, d’une valeur de 60 000 €. Un très beau cadeau.
 « Un édifice cultuel est toujours un symbole fort de l’identité et de l’histoire collective locale » a déclaré le Maire. « Sa restauration constitue une première richesse qui sera transmise aux générations futures ».
Comme pour son ouverture - grâce à la participation de l’Harmonie Batterie Fanfare Municipale - la cérémonie s’est achevée sur des notes musicales amplifiées par une acoustique remarquable. Accompagnés de la chorale « Chœur à l’unisson », Jean-Paul Comyn et son ami Pierre Dehon ont interprété un Ave Maria sensible et juste, en ultime moment de grâce.

Un chantier mouvementé  
Caractérisée par l’absence de clocher suite à son effondrement en 1985, l’église devait initialement subir d’uniques travaux ciblant la mise aux normes du chauffage et de l’accessibilité.
Le chiffrage initial des travaux par la C.A.P.H s’élevait alors à 350 000 €.
Mais l’étude approfondie de l’architecte ayant démontré un affaissement de la toiture et un écartèlement inquiétant des murs de soubassement, il était impossible d’échapper à cette rénovation complémentaire, sous peine de créer un danger tangible... Ajustement du montant des travaux à 420 000 € TTC.
C’était sans compter les autres vices cachés révélés par la progression du chantier : la présence de débris amiantés à évacuer (avenant de 22  830 € TTC) et des dégâts importants provoqués par des infiltrations d’eau (avenant de 2 520 € TTC), notamment.

Des interventions indispensables démultipliées qui ont conduit la Municipalité à pousser la rénovation jusqu’au remplacement des simples vitres existantes par des vitraux dignes de ce nom réalisés par Luc-Benoît Brouard, maître-verrier ronchinois réputé dans le monde.
Pour éviter la casse en cas de tempête, les vitraux du chœur ont été protégés (avenant de 4 049 € TTC). Les autres vitraux bénéficieront de la même protection ultérieurement.

Des coûts prévisionnels dépassés mais maîtrisés

D’un montant de 831 171 € TTC (hors avenants, pour un montant de 28 949 € TTC soit 3,47 % du montant total), les travaux ont été subventionnés par la Porte du Hainaut (lieux de culte) à hauteur de 297 730 € et par le Département (villages et bourgs) à hauteur de 16 945 € comme annoncé par le Maire au cours de la cérémonie. Le Fonds de compensation pour la TVA (F.C.T.V.A) représentant 140 835 €, le reste à charge pour la Commune est de 47 %.

Les entreprises intervenantes – Remerciements

-    Mmes T’KINT et SONNETTE – Agence Nathalie T’KINT Architecte du Patrimoine
-    MM. BOUREBGA et SERGERAERT - Contrôle G
-    M. DECLUNDER - Désamiantage et gros-œuvre
-    MM. MUCCIANT et ESPOSITO - Battais Charpente
-    MM. WANTE et ANTUNES - Staff Courtenay
-    MM. BROUARD et PRUD’HOMME - Ateliers BROUARD
-    M. COLLE - Sauvage Peinture
-    M. Christian ANUS - Hainaut Electricité
-    M. DA CRUZ - Entreprise LEFEBVRE

 

Voyez l'album-photos dans la rubrique dédiée de ce site !

Ce matin à 9h - après un petit déj offert par la ville - 25 des 44 élèves des classes de Mme Lecluse et M. Bar ont pris la direction de la côte d'Opale en compagnie des encadrants d'"Océane Voyages Juniors" (agence lilloise).

DEPART (Copier) (2)
Les gorges étaient serrées pour cette première séparation, et cela peut se comprendre ! Mais adultes comme enfants seront bientôt rassurés : le planning d'activités est vraiment chouette et le lien sera conservé chaque jour que ce soit par téléphone, le soir, ou grâce aux photos accessibles sur un site privé.
Une sympathique entrée en matière attendait nos jeunes vacanciers aujourd'hui avec les panoramas des Caps Blanc-Nez et Gris-Nez et la visite de Nausicaa. Tout à l'heure, le groupe arrivera au centre "Stella Maris", bien connu des services de la Mairie et sélectionné pour la qualité de ses prestations.
La météo des quatre prochains jours s'annonce plutôt clémente, et les températures devraient monter un peu, ce qui sera bienvenu ! D'autant que plusieurs activités se dérouleront en extérieur, comme la construction d'un cerf-volant, la séance de char à voile ou encore la découverte de la réserve naturelle du Mont Saint-Frieux (en présence de quelques élus et de la coordinatrice jeunesse municipale).
Mercredi après-midi, nos jeunes vacanciers s'éclateront à la piscine Hélica de Boulogne-sur-Mer, tandis que la journée de jeudi sera consacrée à la ferme pédagogique "la colline aux animaux" (nourrissage des animaux, tour en poney, etc).
Vendredi, avant le trajet retour, ils sortiront au Laby'Parc du Touquet où plein d'attractions amusantes les attendent (labyrinthe, karting, structures gonflables, trampoline, etc). On prévoit une sieste dans le bus  ;) et un goûter à l'arrivée à Hérin, vers 17h.
Ce séjour - proposé et financé en partie par la mairie - est une chance pour les écoliers de gagner en autonomie et d'apprendre plein de nouvelles choses !
Pour les parents, c'est l'opportunité de leur offrir - quand cela reste possible - des vacances à moindre coût... En effet, sur le budget de 380 € par enfant (hors transport, soit 2 650 € TTC), seule une participation de 80 € (payable en plusieurs fois) était demandée aux familles.
A tous, nous souhaitons une super semaine de vacances, profitez-en à fond ! 

CONTENEUR A VERRES (Copier) (2) Vous l'avez peut-être remarqué non loin de l'école maternelle Frédéric Joliot-Curie : un conteneur à verre se trouve depuis quelques jours dans le quartier des Blancs-Rieux. A la demande de Jean-Marc Mortreux, Adjoint au Maire en charge des questions d'environnement et d'urbanisme, il se situe à immédiate proximitédes places de stationnement, pour faciliter le déchargement des bouteilles ou bocaux en verre en vue de leur recyclage.

Quelques consignes de bon usage :

Vous pouvez y déposer :
- Les bouteilles, les pots, les flacons en verre.

Vous ne pouvez pas y déposer :
- La vaisselle : les verres, la faïence et la porcelaine sont à déposer dans la poubelle des ordures ménagères.
- Les ampoules : vos lampes à économie d’énergie se recyclent. Elles sont à déposer en déchetterie ou dans les poubelles spéciales installées à l’accueil de certains magasins.
- Les couvercles : sont à déposer en déchetterie voire dans la poubelle des ordures ménagères.
Pensez au tri ! Merci

C’est un problème récurrent, observé plus particulièrement en centre-ville et dans le quartier des Blancs-Rieux ces derniers mois... Le réseau de collecte des eaux usées se bouche, déborde et refoule : ce n’est agréable pour personne !

Face à cette situation problématique qui peut engendrer de gros dégâts dans les habitations, les élus ont cherché à comprendre l’origine du problème. Car faire intervenir Noréade et les spécialistes du débouchage à tout bout de champ n’est pas une solution.

Daniel Boittiaux, Adjoint au Maire en charge des travaux, a ainsi été amené à échanger avec des experts en assurance lors d’un récent sinistre. La conclusion est irréfutable car elle se vérifie à l’œil nu : les lingettes jetées dans les WC - certes sans mauvaise intention ! - participent à la montée en charge du réseau...

En effet, bien que les lingettes ménagères/hygiéniques et d’autres produits (protections périodiques, tubes de rouleaux de papier hygiénique, etc) soient présentés comme biodégradables et donc jetables dans la cuvette des WC, ils constituent un réel danger pour le bon fonctionnement du réseau d’assainissement.

Que se passe-t-il dans les tuyaux ? *

Du fait même de leur structure, ces objets s’agglomèrent facilement entre eux et s’amassent sur les obstacles présents dans les conduits d’évacuation. Cumulés à d’autres déchets organiques (comme la graisse, notamment), ils finissent par former des barrages susceptibles de boucher complètement et durablement la canalisation.

Les risques principaux sont :

  • L’obstruction des réseaux de petits et moyens diamètres. Ces obstructions provoquent des engorgements pouvant conduire à des débordements chez les usagers.
  • La mise en panne des pompes et de façon générale des organes mobiles. Une grille colmatée étant susceptible de provoquer une inondation.

Sans surprise, ces dysfonctionnements nécessitent des interventions coûteuses et posent d’importants problèmes aux collectivités...

Que faire des lingettes utilisées ? *

La place des objets utilisés pour l’hygiène quotidienne est tout simplement dans la poubelle !

Car la biodégradabilité d’une lingette nécessite en réalité plusieurs mois, soit un laps de temps très supérieur à celui de son séjour dans le réseau...

Etre raccordé au tout à l’égout ne signifie pas que l’on peut tout y jeter (à Hérin, on a pourtant retrouvé un sac de linge dans les égouts...).

Pour votre confort, et dans l’intérêt de tous, retenez qu’un système d’assainissement est conçu pour recevoir uniquement des eaux usées domestiques et des eaux pluviales.

LINGETTES

 

*Source et crédit photo : https://www.allodebouchage.com/

Annoncée en page 15 du magazine « Herin.Com » de décembre,

La verbalisation des véhicules dont le stationnement est interdit ou gênant est effective depuis le 2 janvier 2019. Cette mission a été confiée à l’Agent assermenté de Surveillance de la Voie Publique (A.S.V.P).

Concrètement,

L’employé communal enregistre l’immatriculation du véhicule contrevenant et transmet l’information en temps réel à l’agence de traitement de Rennes. Celle-ci s’occupe de vous faire parvenir le procès-verbal et l’amende correspondante, dont le montant dépendra de la gravité de l’infraction (voir : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F32803).

Pour éviter les mauvaises surprises et dans l'intérêt de tous, soyez attentif à la signalisation et respectueux du Code de la Route !

Du côté de la salle des sports et de la salle des fêtes, après un week-end chargé en manifestations... Les images parlent d'elles-mêmes.

 MEGOTS1 (Copier) (2)

MEGOTS2 (Copier) (2)

MEGOTS4 (Copier) (2)

AFFICHE MEGOTS (Copier) (Copier)

TEASER PREVENTION VOLS CIMETIERE (Copier)

Vous l'avez  remarqué : le parking situé à l'arrière de la Mairie, tout autour de l'église est partiellement fermé depuis la fin juillet 2018 (voir l’arrêté municipal pris en ce sens sur : http://ville-herin.fr/vie-communale/arretes-col-250/27-arretes-temporaires/89-arretes-temporaires).

En effet, de gros travaux de rénovation et de transformations intérieures du bâtiment sont programmés. Ils sont suivis par un maître d’œuvre lillois, l’agence Nathalie T’Kint, architecte du patrimoine.

Sa réouverture n'est, selon Daniel Boittiaux, pas envisagée avant Pâques 2019.

L'Adjoint aux Maire chargé des travaux explique cette longue fermeture par un chantier important et urgent : "Si nous n'agissons pas maintenant, il y aurait danger d'ici quelques décennies".
En cause notamment, l'écartement des murs latéraux qu'il va falloir stopper à l'aide de tirants métalliques.
Mais ce n'est pas tout. Le bâtiment du XVIIIème siècle va faire l'objet d'une plus large réfection qui concernera également les plafonds - très fissurés par endroits -, le chauffage au sol, les vitraux (bientôt restaurés par le plus grand spécialiste français, basé dans le nord), l'électricité (à remettre aux normes), les peintures, les menuiseries, l'accessibilité réglementaire...

Au total, près de 835 000 € TTC seront investis dans ce nécessaire chantier, subventionné à 60 % par l’Etat, le Département et La Porte du Hainaut.

Pour l’heure, une base de vie est installée sur le parking. L’église a été vidée de son mobilier afin de laisser les ouvriers de la société MCCM (Aulnoy-lez-Valenciennes) procéder au calfeutrage et à la protection des lieux, en attendant l’arrivée des échafaudeurs, fin août.

Les différents corps de métiers interviendront successivement à partir du mois de septembre, prévisionnellement.

Mairie d'Hérin

Hôtel de ville - 2 rue Jean Jaurés- 59195 Hérin    -    Ouvert du Lundi au Vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30

  03 27 20 06 06

  03 27 20 06 07

Crédits - Mentions légales - Nous contacter